KRISHNAMURTI, Le Coeur des Enseignements

Publié le par Lucas


Dans cette nouvelle rubrique, nous suivrons le cours proposé par René Barbier concernant la vie et l'enseignement de Jiddu Krishnamurti.

Merci à l'aimable autorisation de
René Barbier
Professeur
des Universités en Sciences de l'Education (université Paris 8)
pour l'exploitation du contenu de ses textes

Vous trouverez le cours entier en ligne sur le site de l'Université Paris 8:
http://educ.univ-paris8.fr/LIC_MAIT/weblearn2002/KenligneP8/presengene.html

___________________________________________________
undefinedundefined

Ce cours est désdormais accessible et
animé par R. Barbier sur le site de l'ISSM
(Institut Supérieur des Sagesses du Monde), 
en collaboration avec l'université de Louvain
http://www.barbier-rd.nom.fr/issm


---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------



KRISHNAMURTI
Le coeur des enseignements

  

Traduction de Marc Marciszever (GREK) de 
"The Core of the Teachings"
(Copyright ©1980 Krishnamurti Foundation Trust Ltd.)

La déclaration suivante, qui contient l’essence des enseignements, a été rédigée par Krishnamurti lui-même le 21 octobre 1980. 
Le cœur des enseignements de Krishnamurti est contenu dans la déclaration qu’il fit en 1929, lorsqu’il dit : 


« La vérité est un pays sans chemin. L’homme ne peut l’atteindre par le biais d’aucune organisation, d’aucun credo, d’aucun dogme, d’aucun prêtre, d’aucun rituel, ni par le biais d’aucune connaissance philosophique ou d’aucune technique psychologique.
Il doit la découvrir dans le miroir de la relation, dans la compréhension des contenus de son propre esprit, par l’observation et non pas par l’analyse intellectuelle ou la dissection introspective.
L’homme a bâti en lui-même des images comme une barrière de sécurité, sécurité religieuse, sécurité politique, sécurité personnelle. Elles se manifestent sous la forme de symboles, d’opinions, de croyances.
Le fardeau de ces images domine la pensée de l’homme, ses relations et sa vie quotidienne. Ces images sont les causes de nos problèmes car elles divisent les hommes entre eux. Sa perception de la vie est façonnée par les concepts déjà présents dans son esprit Le contenu de sa conscience est toute son existence. Ce contenu est commun à toute l’humanité. L’individualité est le nom, l’apparence et la culture superficielle qu’on acquiert par la tradition et par le milieu. La singularité de l’homme ne réside pas dans ce qui est superficiel, mais dans le fait de pleinement se libérer du contenu de sa conscience, qui est commun à tout le genre humain. Donc, l’homme n’est pas un individu. » 


« La liberté n’est pas une réaction ; la liberté n’est pas un choix. C’est l’homme qui prétend que parce qu’il a le choix il est libre. La liberté est pure observation sans direction, sans peur de la sanction et de la récompense. La liberté est sans cause ; la liberté n’est pas au terme de l’évolution de l’homme, mais dès le premier pas de son existence. Dans l’observation, on commence à découvrir le manque de liberté. La liberté est découverte dans la présence sans choix (choiceless awareness) à notre existence et à nos activités quotidiennes. La pensée est le temps. La pensée naît de l’expérience et du savoir qui sont inséparables du temps et du passé. Le temps est l’ennemi psychologique de l’homme. Notre activité repose sur le savoir et par conséquent sur le temps, ce qui fait que l’homme est toujours esclave du passé. La pensée est toujours limitée, et donc nous vivons constamment dans le conflit et la lutte. Il n’y a pas d’évolution psychologique.» 


« Quand l’homme devient conscient du mouvement de ses propres pensées, il voit la division entre le penseur et la pensée, entre l’observateur et l’observé, entre l’expérience et celui qui fait l’expérience. Il découvre que cette division est une illusion. Seulement alors y a-t-il pure observation, qui est une vision pénétrante (insight) sans la moindre ombre du passé ou du temps. Cette vision pénétrante atemporelle provoque une mutation radicale de l’esprit. » 


« La négation totale est l’essence du positif. Quand il y a négation de toutes ces choses que la pensée a psychologiquement provoquées, alors seulement y a-t-il amour, qui est compassion et intelligence. »
 

 

© René Barbier

Commenter cet article