L’éducation passe par la connaissance de soi

Publié le par Lucas

Entretien avec Louis Nduwumwami,Krishna.jpg
propos recueillis par Fabrice Hervieu



Toute la réflexion du philosophe Krishnamurti sur l’éducation vise à donner aux
enfants une chance de grandir sans préjugés emprisonnant leur mental, leur
créativité et leur humanité. Pour une vision globale de la vie.


Jiddu Krishnamurti, décédé à Ojai aux Etats-Unis en 1986 est né en 1895 dans le sud de l’Inde à Madanapalle, Le sage va faire de l’éducation un de ses principaux thèmes de réflexion. Pendant près de soixante ans, il voyage dans le monde entier, donnant surtout des conférences publiques, s’adressant souvent aux jeunes et aux étudiants. Il a marqué plusieurs générations de penseurs de renommée internationale en psychologie, en philosophie et en sciences de la matière. Krishnamurti a publié plus d’une trentaine d’ouvrages, et il existe aujourd’hui sept écoles se réclamant de son enseignement dans le monde. L’homme ne se réfère à aucune religion, à aucune secte, à aucune philosophie, ni à aucune nationalité, car son enseignement vise non pas à convaincre de sa propre vision, ni à faire adhérer à ce qu’il énonce, mais à déclencher chez les individus un processus de découverte et d’auto-observation. Tout son enseignement consiste en une description de ce que nous sommes en tant qu’être humain. Son objectif est donc de libérer psychologiquement les individus. Louis Nduwumwami, professeur de philosophie de l’éducation et d’anthropologie culturelle à l’université du Burundi, a publié une thèse de doctorat d’État sur la conception de l’éducation selon Krishnamurti.



Nouvelles Clés :
Krishnamurti souhaitait-il la suppression du système éducatif tel que nous le connaissons en Occident ?

Louis Nduwumwami :
Krishnamurti ne va pas jusqu’à exiger la suppression de récole en tant que telle, mais il souhaite, à plus ou moins long terme, la disparition du système éducatif actuel qui fabrique selon lui des jeunes névrosés et immatures. Notamment en leur inoculant les germes corrupteurs de la violence, des divisions nationales et reli- gieuses. Ce système, que l’on ne retrouve pas seulement en Occident mais un peu partout dans le monde, se contente de transmettre un héritage culturel ou scientifique dans une ambiance souvent contraignante et autoritaire. Il attend de ses élèves qu’ils ne soient que de bons enregistreurs de connaissances avec, pour tous, le même but à atteindre. Une uniformité jugée en plus inadaptée parce que trop élevée pour certains et pas assez pour d’autres. L’école traditionnelle apparaît donc comme une puissante machine à conditionner les comportements, réduisant l’originalité, la spontanéité et la liberté par un entraînement intensif au conformisme et à l’obéissance servile. Or, selon Krishnamurti, la toute première des tâches, pour le maître comme pour l’élève, est de refuser les conditionnements qui transforment l’homme en automate et emprisonnent son cerveau.


N.C. :
Mais que manque-t-il profondément à cette école traditionnelle, selon Krishnamurti ?

L.N. :
Surtout une vision globale de la vie. Il veut créer une école qui envisage la vie dans sa totalité. Pas une école qui forme seulement l’ingénieur, le chimiste, l’architecte, le boulanger, mais une école qui forme tout l’homme. Il donne une place exceptionnelle à ce qu’il appelle la connaissance de soi. Krishnamurti ne demande pas de se couper de ses racines, mais d’abord d’en prendre conscience. Il y a par exemple des religions fondées principalement sur la peur qui peuvent représenter un lourd handicap dans la vie de certaines personnes. Dans ce cas, il s’agit de prendre conscience de cet héritage, et de tenter de s’en libérer.

Dans toute éducation, il y a toujours des conditionnements à dépasser.


N.C. :
Peut-on dire que Krishnamurti reproche aux écoles traditionnelles d’occorder trop de place à l’intellect ?

L.N. :
Bien sûr. Il ne faut pas, selon lui, seulement cultiver le cerveau et s’intéresser au savoir. Krishnamurti ne méprise pas le savoir, il s’est intéressé de près aux découvertes scientifiques, aux ordinateurs, il a même toute sa vie discuté avec les plus grands savants. Il cherche à épanouir tout l’homme : le coeur, le corps, la pensée, la sexualité, le sens du sacré.


N.C. :
Pourquoi Krishnamurti refuse-t-il l’esprit de comparaison en éducation ?

L.N. :
La comparaison entre deux enfants n’épanouit ni l’un ni l’autre. Or, les systèmes éducatifs d’aujourd’hui restent largement fondés sur cette notion de compétition entre les jeunes. Ils entraînent un climat de peurs, de tensions, de rivalités au sein de l’école. Pour Krishnamurti « la pleine capacité du jardinier est la même que la pleine capacité du savant ». Parce que, précisément, il n'y pas de comparaison : quel que soit l’enfant, il vaut n’importe qui. Et l’on ne peut épanouir ce que l’on est profondément si l’on perd du temps à se mesurer aux autres. Il disait : « Tant que nous prendrons le succès pour but, nous ne serons pas affranchis de la peur, car le désir de réussir engendre inévitablement la crainte d’échouer. » Cette course contribue même dans certains cas à la perte pure et simple de la vie : je pense par exemple aux cas de suicides de jeunes enfants au Japon.


N.C. :
Comment, dans ce contexte, faire prendre conscience aux enfants de leurs conditionnements ?

L.N. :
Tous les instants de la vie quotidienne sont une occasion de se connaître en pleine lucidité : s’observer soi-même, dans ses attitudes, dans ses relations avec les autres, dans les images que nous donnons aux autres... Voilà le début d’une véritable éducation pour Krishnamurti. C’est pourquoi son enseignement est avant tout celui d’un certain art de vivre accordant une place primordiale à la notion de relation : avec les autres, avec son environnement, avec la nature. Rééduquer les éducateurs est la priorité absolue pour Krishnamurti. Pour lui, le problème numéro un n’est pas l’enfant, mais bien les parents et les enseignants. On passe des années à apprendre à devenir médecin, mais n’importe qui se croit autorisé à s’improviser parent sans avoir été préparé à cette responsabilité sacrée.

Et finalement il n’est pas étonnant qu’il y ait tellement de dégâts.


N.C. :
Mais comment demander aux adultes de lutter contre leur propre conditionnement, alors qu’ils sont déjà formés, alors que « le mal est fait » si l’on peut dire ?

L.N. :
Krishnamurti dit qu’il faut oser poser des questions impossibles comme celle-là. Prendre conscience d’un conditionnement, d’une peur, d’une souffrance, c’est aussi les dépasser, les dissoudre. Est-il possible de se libérer du passé ? Un telle question, par son immensité et sa radicalité, peut nous réveiller, nous sortir de la médiocrité. Toute sa vie durant, jusqu’à son lit de mort, Krishnamurti a toujours répété qu’il n’appartenait à aucun pays, qu’il n’avait pas de nationalité. Il a refusé d’être un Indien, il a refusé d’être affilié à une tradition bouddhiste ou hindouiste, il a toujours refusé son rattachement à un mouvement... Et comme pour mettre en oeuvre ce détachement, pendant plus de soixante ans il a voyagé de manière pratiquement ininterrompue en ne séjournant que rarement plus de trois mois dans chaque pays. Et si on se penche vraiment sur sa pensée, on découvre que c’était peut-être un exemple vivant de « citoyen du monde ».



-  Un centre de recherche à l’université, le Groupe de recherche sur l’enseignement de Krishnamurti (GREK), est né à la rentrée universitaire 1995 en france. Il dépend du département des Sciences de l’éducation de l’université Paris VIII et a pour objectif de promouvoir la connaissance de l’approche éducative du philosophe d’origine indienne. Voici quelques thèmes de recherche proposés à titre indicatif : « Krishnamurti et le silence en éducation » ; « Le sage et les sociologues : Krishnamurti, Pierre Bourdieu et le rapport aux conditionnements » ; « Krishna- murti, Gaston Bachelard, un rationalisme appliqué ? » 

 
-  Pour obtenir les adresses des écoles Krishnamurti dans le monde, la liste des ouvrages et des enregistrements vidéo d’entretiens : www.krishnamurti-france.org





 

Publié dans Sur l'Education

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

peumieufer 29/07/2008 02:12

salut  lucas je ne sait  pas  si tu te souviens de moi,tu avait reagi suite a mon article (http://unautrefutur.over-blog.com)ça date  un peu  mais   je  suis  toujours dans  le mème etat  d esprit et  desolè  de paraitre peu acidue  mais c est qu en fait j ai eu un  passage delicat (couple)  suivie  d une perte de connection  consequente,  bref  je suis de retour  et  plus que jamais(au vue des derniers evenements vecuent) desireux  d en  decoudre  avec  les  comportements permissieux qui  gangrène  notre  sociètèe  ....  J ai  beaucoup  apreciè  la  traduction cocernant  : Krishnamurti ?   que  je  trouve  très  interressant ;  surtout les  passages  ou il dit  qu il faut  dabord reèduquer les  educateurs  et les  parents(en fait  les adultes)....tout un programme  et  ya  du boulot . VOIR AUSSI:  (http--injusticecivik.over-blog.com-) OUI  je sais  ça date  un  peu   mais  cela  reste  d actualitèe  et  en  fait  a l epoque  j etais deçu  de ne   pas avoir  plus  de commentaire ce  qui  explique  le manque  d engouement  a l epoque. Bon  aujourd hui  j y  retourne   et  je  sais  que beaucoup  de  gens   me  comprenent  au vu  de  ce que  je peu lire  ça et la alors  s il  vous  plait  viendait  (LOL°) commentais  moi  j en  ai  des exemples  de  situation  sallaces  alors  un effort  mettais  moi  dans  vos  p tit papier  pousser  vos  coup  de  gueules  et fait  passè .ET  surtout  une  chose  est  sur  chez  moi  aucun MYTHONAGES ,  tous  ce que  je pourrais evoquer n est  que  reèlle  et  vecu.  schez  que  on  m apelle  l utopiste  mais  j men  fiche  je crois en l Homme  avec  le grand H  ENFIN  VOILA  je  l espere  a bientot   dans  la  communautèe  refaire  le monde.